Communiqués

Programme sur le mouvement coopératif à l'UQAR

image001

L’UQAR lance une première cohorte de son programme court sur le mouvement coopératif


Rimouski, le 23 mai 2017 – L’Université du Québec à Rimouski offrira, cet automne, son nouveau programme court sur le mouvement coopératif. Une formation de premier cycle unique en son genre au Québec.

Ce programme est offert en collaboration avec la Coopérative de Développement Régional Bas-Saint- Laurent/Côte-Nord et la Coopérative de développement régional Outaouais-Laurentides et s’adresse aux personnes oeuvrant dans les coopératives et les organismes sans but lucratif. « Le modèle coopératif est très dynamique au Québec. Notre nouvelle formation vise à offrir aux travailleurs, aux professionnels, aux gestionnaires et aux membres de conseils d’administration la possibilité de suivre un cursus universitaire portant sur ce secteur d’activités sociale, économique et culturelle », explique le doyen des études Frédéric Deschenaux.

L’Université du Québec en Outaouais (UQO) est partenaire de l’UQAR afin d’offrir le programme court sur le mouvement coopératif en Outaouais et à St-Jérôme, notamment, en plus du Bas-Saint-Laurent et de la Côte-Nord. « Cette formation nous intéresse particulièrement parce qu’elle permet d’offrir un programme qui est collé à la réalité du milieu coopératif et qui répond aux besoins des acteurs de ce secteur majeur pour le Québec », indique Claude Ouellet, coordonnateur de la Coopérative de Développement Régional Bas-Saint-Laurent/Côte-Nord.

Le programme court sur le mouvement coopératif compte cinq cours de trois crédits. Plusieurs thèmes y seront traités, dont les mouvements coopératif et d’économie sociale, la gouvernance et le fonctionnement des entreprises collectives, l’option coopérative pour le développement local et régional, le financement et la capitalisation des entreprises collectives et les perspectives d’avenir des modèles en économie sociale.

Les personnes intéressées à s’inscrire à cette formation de premier cycle doivent détenir un diplôme d’études collégiales (DEC) ou l’équivalent, posséder des connaissances et une expérience jugées pertinentes ou encore démontrer un intérêt marqué pour les coopératives ou les organismes sans but lucratif. Les cours seront donnés en mode présentiel et les groupes seront en lien grâce à la vidéoconférence. Pour plus d’information au sujet du programme court sur le mouvement coopératif, on visite le site de l’UQAR.

À propos de l’Université du Québec à Rimouski

L’UQAR est une université du réseau de l'Université du Québec historiquement arrimée aux réalités des milieux qu'elle dessert. Elle offre des programmes de formation à tous les cycles dans des disciplines variées à plus de 7100 étudiants et se distingue par la qualité de ses formations et de l'encadrement des étudiants. Elle se démarque par son rayonnement en recherche notamment autour de ses trois axes d'excellence que sont les sciences de la mer, le développement régional et la nordicité.

Source : Jean-François Bouchard, Service des communications
418 723-1986, poste 1426

2016-2017 : Une année riche en activités!

 

Logo PoleBSL Horiz web

Rapport d’activités 2016-2017

Vie associative

Le Pôle d’économie sociale du Bas-Saint-Laurent a tenu son assemblée générale annuelle 2016 au Château Landry, à Mont-Joli, le 15 juin 2016. À cette assemblée, les membres présents ont entériné une proposition du conseil d’administration sortant qui consistait à ajouter un poste d’administrateur représentant la jeunesse, poste qui serait occupé par une personne âgée de 18 à 35 ans provenant d’une entreprise d’économie sociale. C’est Madame Aude Brillant, de la coopérative d’escalade Riki-Blocs, qui a été élue à ce poste. 

Mesdames Mireille Lebel, du centre de la petite enfance Les Farfadets de la Pointe, de Rimouski, représentante des regroupements d’entreprises d’économie sociale, et Lucie Lapointe, des Ateliers Léopold Desrosiers, de Matane, représentante du secteur industriel, ont également joint le conseil d’administration.

Madame Dominique Lalande, de Ruralys, de La Pocatière, représentante du secteur Arts et culture, M. Marc Fraser, du Centre d’action bénévole des Seigneuries, de Rivière-du-Loup, représentant des entreprises d’économie sociale de l’ouest du territoire, et M. Yvan Collin, représentant des Société d’aide au développement des collectivités (SADC) du Bas-Saint-Laurent ont été réélus à leur poste.

Les administratrices et administrateurs qui poursuivaient leur mandat débuté à l’assemblée générale de 2015 sont Madame Julie Quimper, du Camp musical du lac Matapédia, représentante des entreprises d’économie sociale de l’est du territoire, M. Jacques Blanchette, du Comité d’économie sociale de Padoue, représentant du secteur Agriculture et agroalimentaire, M. Jean Létourneau, de la Société de promotion économique de Rimouski (SOPER), représentant des organismes locaux de développement, M. Bertin Denis, préfet de la MRC des Basques, représentant des MRC du Bas-Saint-Laurent et M. Marco Alberio, du GRIDEQ-UQAR, représentant des maisons de recherche et d’enseignement.

Les officiers du conseil exécutif pour 2016-2017 étaient Julie Quimper, présidente, Marc Fraser, vice-président au développement, Claude Ouellet, vice-président à la promotion, Dominique Lalande, secrétaire, et Jean Létourneau, trésorier.

Le conseil d’administration s’est réuni à trois reprises au cours de l’année 2016-2017, soit en septembre et décembre 2016 et en mars 2017, puis une fois en juin 2017, pour l’adoption des documents de fin d’année. Le conseil exécutif s’est réuni trois fois, en juillet et novembre 2016 et en juin 2017 et a également tenu une réunion de travail sur la refonte de la grille de reconnaissance des entreprises d’économie sociale.

Activités publiques

Après une première année d’existence en tant qu’organisation autonome en 2015-2016, le Pôle d’économie sociale du Bas-Saint-Laurent a commencé l’année 2016-2017 sur les chapeaux de roue, avec l’organisation de la tournée du Bas-Saint-Laurent du Chantier de l’économie sociale et de son directeur, Jean-Martin Aussant, à Rivière-du-Loup, Rimouski et Matane, les 23 et 24 avril 2016. La participation du public a été bonne, 45 personnes au déjeuner-conférence à Rivière-du-Loup, 40 personnes au dîner-conférence de Rimouski, environ 50 à une table ronde à l’UQAR à laquelle participaient M. Aussant, le maire de Rimouski, Éric Forest, notre présidente, Julie Quimper, le professeur chercheur du GRIDEQ, Marco Alberio, qui est aussi administrateur du Pôle, et Olivier Riopel, directeur général de la Coopérative d’alimentation naturelle Alina. Suite à ces activités « de jour », nous avons tenu à la coopérative Paradis une soirée festive « Art, crabe et économie sociale » qui présentait plusieurs artistes locaux (musique, poésie, slam) et qui a été grandement appréciée par les 40 personnes présentes.

Le lendemain, à Matane, 110 personnes ont participé au forum sur l’économie sociale organisé par la MRC de la Matanie en collaboration avec le Pôle, où Jean-Martin Aussant a aussi prononcé une allocution. Cette première activité publique majeure du Pôle a eu un excellent effet sur sa visibilité et sa crédibilité et les retombées sur le membership se font vite fait sentir.

En septembre 2016, s’est tenu à Montréal le forum mondial sur l’économie sociale, GSEF 2016, auquel ont participé près de 1 500 personnes en provenance de 62 pays et 330 villes, dont 200 représentant(e)s des gouvernements locaux pour discuter du thème central du forum, soit la collaboration entre les gouvernements locaux et les acteurs de l'économie sociale pour le développement des villes. Le coordonnateur du Pôle, Jacques Bérubé, et la présidente, Julie Quimper, étaient présents. À cette occasion, le Pôle a constitué un fonds de soutien pour favoriser la participation au forum de ses entreprises membres. Le député ministre de Rivière-du-Loup-Témiscouata Jean D’Amour et le député de Rimouski Harold LeBel ont tous deux contribué à ce fonds de soutien. Nous avons pu distribuer 2 250 $ à trois entreprises de la MRC de Rivière-du-Loup et à une de la MRC de Kamouraska.

Toujours en septembre 2016, le Pôle s’est engagé à titre de partenaire de la première édition d’un festival culinaire misant sur l’identité culinaire québécoise inspirée de notre patrimoine historique, qui était organisé par la Coop Alina et les Jardins de Métis, deux entreprises collectives membres du Pôle.

Une série de conférences sur l’économie sociale ont été données par Vincent Chapdelaine, de la coopérative Espaces Temps, de Montréal, le jeudi 20 octobre 2016 au Centre de formation professionnelle Pavillon de l’Avenir, à Rivière-du-Loup et à l’UQAR en soirée et le vendredi 21 octobre, auprès d’un groupe d’étudiants en administration du Cégep de La Pocatière qui travaillaient sur un développement de projet d’entreprise. Partout, la participation a été bonne et Vincent Chapdelaine a vraiment su intéresser et sensibiliser les gens aux valeurs de l’économie sociale. Cette tournée a aussi permis de créer des liens avec des institutions scolaires et avec Entrepreneuriat UQAR, qui seront appelés à collaborer avec nous dans d’autres projets.

Communications et réseaux sociaux

C’est à la fin avril 2016 que le site web du Pôle a été mis en ligne. Il faut souligner la qualité du travail de conception de Maude Lavoie, de  NitroMédia. Notre site est attrayant, facile à utiliser et efficace pour promouvoir les activités et les offres du Pôle d’économie sociale, mais aussi pour faire connaître les entreprises régionales avec un répertoire très complet pouvant être consulté par MRC ou par secteurs d’activités économique. Des signets arborant de magnifiques photos de paysages du Bas-Saint-Laurent ont été réalisés pour publiciser le site.

Nous avons utilisé notre page Facebook publique sur une base régulière et avons très souvent programmé des publicités « boost » pour promouvoir des activités de nos entreprises membres, des offres du Pôle (par exemple, les ateliers de formation) ou des activités extérieures (par exemple le Forum mondial sur l’économie sociale — GSEF 2016). Ces publicités peuvent atteindre plusieurs milliers de personnes et génèrent beaucoup d’interactions sur notre page et sur notre site Internet, vers lequel plusieurs publicités sont dirigées. Le nombre d’abonnés est en progression constante; au moment d’écrire ces lignes, nous avons dépassé le nombre de 700.

Un dépliant d’information et une bannière d’identification ont été réalisés. Leur première utilisation a été faite lors d’une tournée de rencontres des entreprises qui s’est déroulée en octobre dans toutes les MRC du Bas-Saint-Laurent. Caroline Dufresne, agente du TIESS, était présente avec Jacques Bérubé pour les rencontres dans les MRC de Kamouraska, Rivière-du-Loup, Témiscouata et Les Basques. Julie Quimper a quant à elle participé aux rencontres de Témiscouata, Les Basques, Rimouski-Neigette et Matapédia. C’est dans la MRC de La Matanie que la participation des entreprises a été la plus forte.

Projets et ressources humaines

Le Pôle a déposé en décembre 2016 un projet appelé Cellule Jeunesse solidaire suite à un appel de projets fait auprès des 22 pôles régionaux du Québec par le Chantier de l’économie sociale, qui avait reçu une importante subvention du Secrétariat à la Jeunesse. Sur 15 projets soumis au Chantier par les pôles, cinq ont été retenus dont celui du Bas-Saint-Laurent. Ce projet a permis l’embauche d’une agente de projets jeunesse, Madame Céline Nyinawumuntu. L’essentiel de ce projet, qui comporte quatre volets et qui vise à sensibiliser les jeunes de 18 à 35 ans aux valeurs de l’entrepreneuriat collectif et de l’économie sociale, se déroulera au cours de l’année 2017-2018.

Par ailleurs, une subvention non-récurrente du MESI pour affiner le positionnement du Pôle sur les plans régional et national a permis l’embauche d’une agente de développement contractuelle, Madame Josée Forest, qui avait déjà donné un bon coup de main dans l’organisation de différentes activités de la tournée du Chantier de l’économie sociale.

Formation

L’année 2016-2017 a aussi été importante pour le Pôle pour le développement de son offre de formation aux entreprises. Trois formations d’une durée de sept heures incluant un accompagnement post-formation d’une heure ont été dispensées en cinq ateliers, deux à Rivière-du-Loup et trois à Rimouski, de la fin janvier au début avril 2017.

Les trois formations qui ont été offertes sont :

  • Activités et recherche de financement, par Pierre Landry, gestionnaire d’entreprises collectives, de Saint-Alexandre-de-Kamouraska;
  • Marketing web et réseaux sociaux, par Maude Lavoie, concepteure, formatrice et propriétaire de la firme NitroMédia, de Rimouski;
  • Gestion des ressources humaines en entreprise collective, par Catherine Lavoie et Dominique Leblanc, de Vega Groupe conseil, de Rimouski.

Ces formations, subventionnées à 50% des coûts par Emploi-Québec Bas-Saint-Laurent ont rejoint un total de 60 personnes. Le Pôle a aussi dispensé deux formations non-subventionnées qui ont rejoint 13 conseillers de six MRC et CLD du Bas-Saint-Laurent et 20 personnes employées de 19 entreprises d’économie sociale différentes pour l’atelier Cap sur le numérique donné à Rimouski par Mélanie Normand, du CEFRIO, en décembre 2016.

Donc, au total, nos formations ont rejoint 93 personnes, soit 71 personnes employées par 37 entreprises d’économie sociale différentes et 22 personnes d’autres secteurs.

Veille, liaison, transfert; antenne régionale du TIESS

Le Pôle d’économie sociale du Bas-Saint-Laurent a aussi consolidé en 2016-2017 la mise en opération d’une antenne régionale de Territoires innovants en économie sociale et solidaire (TIESS), dont la mission consiste à identifier des expériences innovantes en économie sociale et à développer des liaisons entre les entreprises, dans le but de transférer ces expériences. Le TIESS est une organisation nationale qui demeure en lien constant avec le Chantier d’économie sociale du Québec et avec les autres pôles régionaux et notre Pôle y est de plus en plus impliqué. L’antenne régionale du TIESS pour le Bas-Saint-Laurent est composée de cinq personnes provenant de différentes organisations des domaines de l’école sociale, de l’enseignement et de la culture, soit Marco Alberio et Marie-José Fortin, du GRIDEQ, Dominique Lapointe, du Conseil de la Culture du Bas-Saint-Laurent, David Guimont du Living lab en innovation ouverte (Llio) du Cégep de Rivière-du-Loup, Claude Ouellet, de la Coopérative de développement régional Bas-Saint-Laurent/Côte Nord, et Jacques Bérubé, coordonnateur du Pôle. L’antenne régionale, qui travaille en collaboration avec Caroline Dufresne, agente de liaison et transfert au TIESS, a identifié deux secteurs d’activités où il faudrait intervenir en priorité : tourisme et loisirs et arts et culture, en axant sur le développement numérique des entreprises de ces secteurs. De ce côté, un important projet de forum est en phase de développement.

Membership et représentation

Depuis le début des activités régulières du Pôle, à la fin 2015, nous avons travaillé à faire connaître et reconnaître le Pôle en tant qu’instance principale de représentation des entreprises d’économie sociale du Bas-Saint-Laurent, mais également en tant que partenaire incontournable des organisations et structures déjà en place dans le secteur de l’économie régionale. Pour ce faire, nous devions pouvoir compter sur un membership fort et représentatif et cet objectif a été atteint. De 54 entreprises membres au 31 mars 2016, le Pôle a vu son nombre de membres passer à 111 au cours de l’année 2016-2017, ce qui dépassait le premier objectif visé.

Le Pôle d’économie sociale du Bas-Saint-Laurent a donc fort bien réussi à se positionner dans l’écosystème économique régional en créant d’une part, un sentiment d’appartenance chez les entreprises et d’autre part, en établissant une relation de partenariat et de confiance avec les organismes de développement économiques du Bas-Saint-Laurent, qui démontrent tous une bonne ouverture à travailler en concertation avec le Pôle.

Il importe toujours que notre Pôle soit reconnu en tant qu’instance déterminant les statuts des entreprises d’économie sociale en fonction de la loi-cadre sur l’économie sociale de 2013. Un comité du Pôle a travaillé sur la refonte d’une grille de reconnaissance du statut d’économie sociale qui sera soumise dès l’automne 2017 à l’approbation des représentants des différentes instances qui ont à travailler avec nos entreprises, soit les CLD et la SOPER, les MRC, le MESI et Emploi Québec.

Finances

Le Pôle d’économie sociale du Bas-Saint-Laurent est en excellente situation financière grâce, entre autres, à un important transfert de fonds de la défunte Conférence régionale des ÉluEs du Bas-Saint-Laurent, abolie par le gouvernement, et en raison du rétablissement du soutien au fonctionnement des pôles par le MESI au niveau où il était en 2014 et auparavant, soit 100 000 $ par année et ce, jusqu’en 2019-2020.

Nous avons aussi conclu en 2016-2017 une entente de soutien annuel de 15 000 $ des huit MRC du Bas-Saint-Laurent, entente qui sera en vigueur jusqu’en 2019-2020.

Le projet Cellule Jeunesse solidaire bénéficie quant à lui d’une subvention non-récurrente de 50 000 $ du Secrétariat à la Jeunesse.

Considérant cette situation financière favorable, le conseil d’administration a résolu d’affecter un poste de dépenses de plus de 100 000 $ au soutien aux entreprises d’économie sociale, à raison de plus ou moins 15 000 $ par année. Les modalités de ce fonds de soutien seront définies au cours des prochaines semaines et les communications aux entreprises pour appel de demandes se feront au début de l’automne 2017. 

Budget Leitão : bonnes nouvelles pour l'économie sociale

Le Chantier de l’économie sociale accueille favorablement divers éléments du Budget déposé aujourd’hui par le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão. Certaines mesures contribueront directement à stimuler le développement économique provenant de l’entrepreneuriat collectif, l’un des trois piliers fondamentaux de l’économie du Québec, qui compte plus de 7000 entreprises et représente plus de 40G $ de chiffre d’affaires.

Au premier chef, la mesure rétablissant le financement des Pôles d’économie sociale à 100 000$ par année par Pôle permettra à ces acteurs importants de remplir convenablement leur mission de développement économique, culturel et social partout au Québec. Comme le souligne Béatrice Alain, directrice des Partenariats au Chantier, « les Pôles d’économie sociale jouent un rôle essentiel dans la création de partenariats, la mise sur pied de nouvelles entreprises collectives et la maximisation du potentiel des entreprises existantes. Ces organisations sont au cœur de l’innovation sociale sur tout le territoire et leur financement rétabli offre à toutes les régions du Québec un outil stratégique de développement plus fort ».

Par ailleurs, le Chantier salue l’aide consentie dans plusieurs secteurs propices à l’économie sociale et il veillera à s’assurer que l’entrepreneuriat collectif obtienne sa juste part des mesures annoncées dans des domaines tels que:

  • L’agroalimentaire novateur, entre autres par le soutien à l’agriculture urbaine, au développement de serres en entreprises collectives et à la relève agricole;
  • La transformation numérique de la presse écrite pour l’information locale et régionale par le biais d’entreprises médiatiques collectives;
  • L’ajout de fonds locaux de solidarité de la FTQ et la modification à la norme d’investissement de Fondaction/CSN qui permettront le développement de nouvelles entreprises;
  • L’habitation collective;
  • Les mesures de soutien à la recherche et développement, qui devront être accessibles aux entreprises collectives qui en sont actuellement exclues;
  • Le soutien à la recherche en politiques publiques qui devra avoir à l’esprit les mesures fiscales favorisant l’économie sociale;
  • Le développement de la culture entrepreneuriale chez les jeunes, qui devra couvrir le domaine de l’entrepreneuriat collectif.

« Les entreprises collectives jouent un rôle de premier plan dans l’économie québécoise et font du Québec un leader mondial en économie sociale. Il importe donc qu’elles puissent disposer des outils nécessaires pour se développer et ainsi contribuer à la hauteur de leur potentiel. Le Budget déposé aujourd’hui par le ministre des Finances constitue à divers égards un pas dans la bonne direction pour l’entrepreneuriat collectif et nous réitérons notre volonté de collaborer avec le gouvernement, notamment la ministre Anglade, afin de poursuivre dans cette voie », a conclu Jean-Martin Aussant, directeur général du Chantier.

L'économie sociale au Gala Reconnaissance

Plusieurs entreprises membres du Pôle d'économie sociale du Bas-Saint-Laurent figurent parmi les finalistes au Gala Reconnaissance de la Chambre de commerce et de l'industrie Rimouski-Neigette qui aura lieu le 8 avril 2017 à l'Hôtel Rimouski.

Dans la catégorie Commerce de détail : la Coopérative d'aliments naturels Alina.

Dans la catégorie Entreprise culturelle : ce sont trois entreprises membres du Pôle qui sont les finalistes, soit : Concerts aux Îles du Bic, le Festi-Jazz international de Rimouski et l'Orchestre symphonique de l'Estuaire.

Dans la catégorie Entreprise touristique : notre premier GRAND PARTENAIRE, le Site historique maritime de la Pointe-au-Père.

Et, dans la catégorie Organisme à but non lucratif : le Théâtre Les gens d'en bas.

Félicitations et bonne chance à tous ces finalistes. Une bien belle représentation pour l'entrepreneuriat collectif et l'économie sociale.

Conférence sur l'entrepreneuriat collectif

Le jeudi 20 octobre 2016, à 19 heures, à la salle J-485 de l’Université du Québec à Rimouski, le Pôle d’économie sociale du Bas-Saint-Laurent, en partenariat avec Entrepreneuriat UQAR, présente une conférence sur l’entrepreneuriat collectif et l’économie sociale donnée par un jeune entrepreneur, Vincent Chapdelaine, cofondateur et directeur général de la coopérative Espaces Temps, de Montréal. L’admission est gratuite.

Lire la suite...

À l’affût de la maltraitance envers les aînés

Rimouski, 30 septembre 2016 – Coup de main à domicile souhaite profiter de la Journée internationale des personnes âgées, célébrée le 1er octobre, pour annoncer la mise en œuvre d’une Politique concernant les signalements de maltraitance envers les aînés qu’elle soutient pour qu’ils puissent vivre chez eux.

Objectifs de la Politique
Ses objectifs sont (i) d’indiquer aux employés comment détecter et procéder à un signalement à l’interne d’une situation possible de maltraitance, (ii) d’encadrer la gestion (prudente et confidentielle) des signalements dans l’Entreprise et (iii) de jouer à fond notre rôle d’entreprise sociale et citoyenne. Cette vigilance inclut le dépistage précoce de la détérioration de l'état de santé de nos clients.

Principes directeurs
Tout employé de l’Entreprise qui a un motif raisonnable de croire qu’il y a maltraitance, négligence, risque pour la santé et la sécurité d’une personne (adulte ou enfant), dans le domicile où il travaille, est tenu de signaler sans délai la situation à son supérieur immédiat. Il agit comme sentinelle.

Le signalement par l’employé, et éventuellement par l’Entreprise aux instances d’aide, découlent du devoir ou de la règle du bon samaritain. La Politique s’applique dans le respect des lois et des personnes, et ce, avec rigueur, neutralité, respect de la vie privée et confidentialité.

Coup de main à domicile (cliquer pour voir le site de l'entreprise)
L’Entreprise a pour mission de fournir des services d’aide à domicile aux personnes dans le besoin de la MRC Rimouski-Neigette; ses quelque 200 employés dispensent plus de 210 000 heures de service auprès d’environ 1800 ménages de la région.

Gilbert DUPUIS, Président       

418 723-9182

Marie-Claude GASSE, Directrice

418 722-8097

Pôle d'économie sociale du Bas-Saint-Laurent
10, rue de l’Évêché Est, bureau 203
Rimouski (Québec) G5L 1X4
 
Téléphone : 418-732-6248

Le Pôle d'économie sociale du Bas-Saint-Laurent est soutenu par

MESI logo MRC Matapedia